Jacques Henri Lartigue

Dès l’âge de 6 ans, le jeune Jacques Lartigue fait preuve d’un intérêt particulier pour la photographie, ce “piège-oeil”, aux côté de son père banquier, ingénieur et lui-même photographe amateur. Répondant à l’enthousiasme de son fil, ce dernier lui offre l’année suivante son tout premier appareil: une chambre 13x18 en bois. Dès lors, il ne cessera plus, en parallèle à sa carrière de peintre, de capturer le monde qui l’entoure à travers son objectif : Paris, Chamonix, et surtout, la Côte d’Azur qu’il fréquentera régulièrement dès les années 1910, avant de s’y installer définitivement en 1960 avec l’acquisition de sa maison à Opio. Tout au long de sa vie, il tente de saisir par l’intermédiaire de son objectif des instants de gaieté afin de retenir ces moments pour que jamais ils ne s’arrêtent.

Obsédé par la fuite du temps, il note quotidiennement le temps qu’il fait. De même, il classe et compile inlassablement ses tirages qu’il sélectionne et met en page dans 135 albums, aujourd’hui conservés par la Donation Jacques Henri Lartigue. Il chronique ainsi sa vie, d’enfant privilégié à artiste reconnu sur le tard, à travers plus de 117 000 photographies, dont presque un tiers en couleurs.

Dès 1912, il apprivoise cette couleur qui le passionne depuis ses cinq ans grâce à la mise au point par Lippman du procédé autochrome, commercialisé par les Frères Lumières. A l’aide de son Klapp Nettel 6x13, il perennise en 87 plaques stéréoscopiques autochromes sa vie de jeune homme insouciant, sensible à la beauté des femmes, passionné de sport et de vie au grand air. Cependant, la lourdeur du processus de capture d’image ne correspond pas à son souhait « d’attraper une chose merveilleuse qui passe en une demi-seconde ». De 1927 à 1948, il ne photographiera qu’en noir et blanc. Enfin, à presque soixante ans, les avancées techniques lui permettent enfin de saisir en couleurs la fugacité d’un instant ; il ne s’en détournera plus. Avec son Rolleiflex 6x6, il privilégie le format carré, encore très pertinent pour l’œil contemporain, jusque dans les années soixante-dix tout en pratiquant le format 24×36 avec son Leica. Ses clichés ne sont alors plus empreints de la vivacité des premiers autochromes ; ils expriment l’apaisement et la plénitude.

C’est à cette période que la notoriété, dont il jouissait plus modestement dans les années 30 en tant que peintre, vient couronner son œuvre photographique. Lors d’un premier séjour aux Etats-Unis en 1962, Jacques Lartigue fait la connaissance de John Szarkowski, alors jeune directeur du département de Photographie du Museum of Modern Art de New York. Enthousiasmé par les clichés de Lartigue, celui-ci organise pour lui une exposition individuelle dans son musée l’année suivante : « The Photographs of Jacques Henri Lartigue ». C’est à cette période que Jacques Lartigue ajoute le prénom de son père Henri au sien. Aux côtés de Florette, muse et modèle, il devient alors le photographe de renommée internationale que l’on connaît aujourd’hui. Il lègue en 1979 à l’état Français l’intégralité de son œuvre, qui au-delà de son aspect documentaire, constitue une véritable ode à la joie de vivre.

Télécharger

biographie de Jacques Henri Lartigue (pdf)
dossier de press de Jacques Henri Lartigue (pdf)
Share to Facebook Share to Twitter Pinterest Share to Tumblr

Bibi au restaurant de l'Eden Roc, Cap d'Antibes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Elise Hunt, John F. Kennedy, Mrs Thaw et Mme X, Cap d'Antibes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Sylvana d'Empain, Juans Les Pins

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Marie Bailey à la piscine d'Eden Roc, Cap d'Antibes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette chez Picasso, « La Californie », Cannes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Jacqueline Roque et Picasso, Jean Cocteau, Francine et Carole Weisweiller, et, assise devant, Florette, course de taureaux, Vallauris

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Beausoleil

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Carven, Agay

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Bibi, Cap d'Antibes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Bibi à l'Île Saint-Honorat, Cannes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette, Opio

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette et Stéphanie, Opio

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Vu de ma fenêtre, Opio

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette, Opio

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Opio

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Sylvana d'Empain, Juans-les-Pins

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette à la plage du Carlton, Cannes

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette, Vence

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette et Stéphanie au jardin exotique de Monaco

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Florette au Monte-Carlo Beach

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Picasso, Cannes

noir et blanc

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Robert Sabbag et sa Cadillac avec Huguette Paris, Arlette Rebuffel et Florette, Cannes

noir et blanc

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Danièle Darrieux, Eden Roc, Antibes

noir et blanc

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Cannes

noir et blanc

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Mary Belewsky, Cap d'Antibes

noir et blanc

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

Jean-Roger Lévy Recordman de saut à ski, Juan-les-Pins

noir et blanc

Jacques Henri Lartigue

Demande d'informations

OPIOM GALLERY

Chemin du Village, 06650 Opio
(20mn de Cannes / 20' from Cannes, FR)
+33 (0)4 93 09 0000
info@opiomgallery.com

FACEBOOK  — TWITTER


©OPIOM GALLERY 2017